Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les poésies de zestreliah
  • : Mes poésies...expression quotidienne de la vie, mes pensées et du miroir de la société
  • Contact

STOP !

Respectez les droits d'auteurs sur les textes... 

Archives

8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 22:24

Depuis son existence, il est différent de par son physique. Certains le détestent sans raison, d'autres l'évitent. Adolescent, il s'en voulait, à la nature, aux dieux. Tout ce qu'il entreprenait de faire laissait traces aux moqueries. Même les entreprises fermaient leurs portes. souvent, des parents éloignaient leurs enfants de lui. Hors, il n'est pas laid, ni horrible ni affreux il est tout simplement handicapé des membres droits. Mais, dans ce monde, il y a du mal à accepter l'autre tel qu' il est. Pourtant, nul ne peut choisir son physique, ses parents ou sa famille avant de naître. Nous naissons et plus tard, nous commençons à découvrir nos proches, qui nous sommes et ce qui nous différencie des autres. Si nous découvrons que nos parents sont handicapés, aurions nous honte de leur état? Si nous mettons au monde des enfants physiquement invalides qu'allons nous faire? les abandonner dans des orphelinats? Pourquoi donc les handicapés sont tant considérés par certains comme des facteurs gênants dans la société? Nous qui croyons être normaux, nous devons savoir que l' handicape n'est pas seulement physique : il peut être morale ou une maladie évolutive qui nous ronge jour après jour. En plus tout le monde peut souffrir d'un accident qui le paralyse pour le reste de sa vie. Attention ! à cet adage : " Fontaine je ne boirai pas de ton eau "
Je pense que le véritable handicape dans ce monde reste  " l' handicape morale " Et la plus belle  beauté  c'est avoir une belle âme, un grand coeur.
Chacun de nous a une beauté qui lui est suffisante. S' il y avait le choix, nous serions tous des beaux et des belles, des dieux et des déesses...

Partager cet article

Repost 0
Published by Estelune - dans Apophtegmes
commenter cet article

commentaires