Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les poésies de zestreliah
  • : Mes poésies...expression quotidienne de la vie, mes pensées et du miroir de la société
  • Contact

STOP !

Respectez les droits d'auteurs sur les textes... 

Archives

1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 20:02
A l'âge de quinze ans, Lyndi avait découvert par l'attitude de sa famille adoptive qu'elle avait été recueillie dans un orphelinat. L'atmosphère était désagréable car, ceux qu'elle considérait comme ses frères et soeurs ne cessaient de lui rendre la vie difficile. Angoissée, elle décida  de s'enfuir de la maison et de devenir autonome. Elle avait sollicité auprès des membres de sa pseudo famille de l'aide pour s'offrir un petit commerce. Mais les rendez-vous étaient sans lendemain. Alors, elle s'intéressa à la coiffure. Par sa grande surprise, elle avait découvert l'un de ces talents caché.

Lyndi n'avait pas de lieu fixe pour son job. Elle se baladait partout où son coeur la dirigeait en proposant son service. Certaines clientes payaient selon leur humeur et d'autres lui demandaient de revenir le lendemain.
C'était une fille brave. Elle avait réussi après 6 mois à économiser quelques sous  afin de louer un petit studio d'environ 15m².
Elle avait un teint ébène, avec des yeux marrons. Sa taille fine et ses 1m67 lui donnaient l'allure d'une fille sérieuse. A 17 ans elle était différente des filles de sa génération. Lyndi avait réussi à installer à l'entrer de sa chambre un hangar pour ses clientes. La jeune fille ignorait qu'elle s'exposait aussi aux paroles mielleuses de ces hommes qui posaient le regard sur elle. C'est ainsi qu'elle tomba sous le charme d' un prétentieux qui lui proposa ciel et terre. Il était trop tard quand Lyndi s'était retrouvée toute seule, au sixième mois de sa grossesse, pleurant de toutes ses forces : Il l'avait abandonné...Elle avait mis au monde d'un petit garçon le soir de ses 18 ans. A l'aube, elle emballa l'enfant tout en attachant autour de son bras droit une petite note.

A vous...
Une partie de moi.
Je l'aime à ma façon.
Pardonnez moi, car je me sens mal.
Je reviendrais: qu'il s'appelle "Bertiny"
                                        
Elle se dirigea à l'orphelinat  "Sainte Bertille" et déposa l'enfant près du portail. Lyndi couru se mettre à l'abri  et surveiller son bébé. Vers 6 h du matin, une soeur ouvrit le portail en criant  "Mon dieu !  Mon dieu ! Bénis soit -il" en faisant un signe de croix. La soeur guetta et ne vit personne. Lyndi s'effondra en larmes en disant tout au fond de son coeur  "Est-ce une malédiction ? Jamais ! Non jamais ! Je reviendrais te chercher : je te le promets"  Ses souvenirs venaient de lui donner un pouvoir et elle promis de se battre pour son enfant.

De son retour, elle ajouta quelques vêtements sur son ventre pour détourner le regard des autres. une semaine plus tard, elle emménagea dans un autre quartier après 20h. Maintenant, elle pouvait reprendre sa vie et se battre pour son petit garçon. Chaque soir, elle faisait une prière pour que son fils soit toujours en bonne santé et que le seigneur lui donne la force d'atteindre ses objectifs.

5 ans après...
Grâce à sa bravoure, lyndi avait réussi à améliorer son talent en s'inscrivant dans un centre de beauté. Elle se rendit au Sénégal pour un stage de 6 mois après l'obtention de son diplôme. Quand elle revint au pays, Lyndi se rendit directement  à  "Sainte Bertille" avec des dons pour l'orphelinat.
- Bonjour Madame, je suis Lyndi ! Dit-elle quand la soeur vint ouvrir le portail. Elle reconnut les traits de la soeur qui avait secouru son enfant
- Quelle surprise madame ! Je suis la soeur Rosa. D'habitudes nous recevons les dons sur rendez-vous. Continua la vieille Dame.
- Désolée... Mais je voulais les déposer avant d'arriver chez moi. (la soeur la regarda stupéfaite)
- Je sors d' un long voyage et je ne pouvais plus supporter ce poids...
- Dommage... ! C'est la soeur Bertille qui enregistre les dons. elle sera de retour vers 17h. Continua-t-elle.
Ses joues se remplirent d'eau salée quand elle entendit ce nom.
- Pourquoi pleurez- vous ? demanda la soeur Rose
- Depuis 6 ans, je souffre. Je garde un secret que je n'ai jamais partagé avec quelqu'un d'autre à part cet orphelinat et le Seigneur.
La soeur sortit de gros yeux et elle lui dit :
- Venez mon enfant, calmez vous, surtout prenez votre temps. dès que la directrice sera de retour, vous nous raconterez tout. D'accord ?
- D'accord soeur Rosa. Dit Lyndi.
Une heure après, la soeur Bertille arriva accompagnée de 6 petits enfants (4 filles et 2 garçons) qui l'entouraient. Ils avaient presque le même âge. Soeur Rosa lui raconta toute l'histoire avant qu'elle n'arrive dans la salle de réception où Lyndi les attendait impatiemment.
- Allez  !  Les enfants dîtes Bonsoir à la Dame avant d'aller prendre votre bain.
Lyndi se leva pour serrer les petits enfants. Mais elle n'eut pas la force de serrer le dernier car son coeur battait la chamade et elle venait de reconnaître son sang.
- Que se passe t-il ? S'interrogea la soeur Bertille
- J'ai honte... Répondit Lyndi.
- Suivez moi ! Ordonna la soeur. Prenez place et je vous écoute.
Lyndi raconta toute son histoire aux soeurs et celles-ci pleurèrent en la calmant.
- Vous êtes très courageuse. Depuis 20ans que j'ai crée cet orphelinat, c'est la toute première fois qu'une maman reviens chercher son enfant. (Elle retira dans son coffre une enveloppe jaunâtre et sortit un bout de papier. Lyndi reconnut son écriture et s'éclata en sanglots). C'est fini reprit la soeur car votre foi vous a sauvé.  Revenez demain nous réglerons tous les papiers et vous pourriez prendre le petit Bertiny pour toujours.
- Mon dieu merci ! Merci mon dieu... Elle regardait les soeurs... Je ne saurai comment vous remercier.
- Si rétorqua la soeur Bertille. Ta promesse est une récompense. Il est toujours mieux de savoir qu'un enfant est prêt de ses parents que de le voir dans la rue.
Le lendemain, à la première heure, Lyndi retourna à l'orphelinat régler les papiers et pour la toute première fois durant ces longues années, elle serrait à nouveau son fils qui pleurait pendant qu'ils disaient au revoir à sa famille d'accueil et surtout à la soeur Bertille qu'il croyait être sa mère.
Aujourd'hui, Lyndi a trouvé un père à son fils et ils mènent une vie heureuse...

- THE END -
Repost 0
Published by Estelune - dans Mes nouvelles
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 21:34
On dirait des soeurs au premier regard. Pourtant, elles avaient decidé de former une famille depuis qu'elles se sont rencontrées. Emy et Nani avaient sensiblement le même âge (15ans) l'une était née quatre mois après l'autre. Mais le groupe considérait Emy comme la maîtresse de part cette difference. Fanta( 13ans ) la plus timide, Anita (11ans) et Sarah la plus jeune âgée de 9ans. dans cette ville (Douala) leur objectif était commun : se trouver de quoi apaiser leur famine. la différence culturelle ne posait aucun problème au sein de ce groupe. Toutes s'exprimaient en français pour une meilleure compréhension.

Emy était d'origine anglophone, Nani du centre (cameroun). Fanta et Anita des Sénégalaises et Sarah du nord Cameroun.

Pour leur vie pitoyable, le choix d'une activité n'occupait pas une place importante. L'essentiel  était de travailler avec des employeurs ayant une considération envers ceux qu'ils considèrent comme (nangas) des enfants de la rue. Aucune d'elle n'imposait un revenu fixe. Il fallait simplement que la journée comblée d'un repas. Des journées réussies leur permettait de monopoliser le tourne-dos chez Ma'Mich. Selon leur rituel, se réunir le plus tôt possible dans cette caféteria leur permettait d'occuper les premières places.

- Bonjour Ma'Mich. Disent-elles en coeur.
- Ca va les enfants ? Répliqua la dame toute joyeuse.
- Ma'Mich, nous on a faim ! Lança Sarah.
- Ok ma petite Sarah, accorde cinq minutes à la vieille Mich'. Enchaîna-t-elle en souriant.

Ma'Mich avait à peine 45 ans, et depuis quelques mois elle sympathisait avec les gamines qui lui disait toujours : "Qu'est-ce que tu es belle dans ton tablier !" (pour se moquer d'elle). Elle savait que c'était ironique, elle les aimait. Parfois les filles lui donnaient un coup de main pour la vaisselle, en retour elle leur offrait un plat.

- Voilà vos plats les filles.

Servant à chacune un ragoût aux pommes de terres à la viande de boeuf.
Ma'Mich avait constaté le pack de lait qu'elles essayaient de dissimuler sous la table.

- Que se passe-t-il ? Déclara Ma'Mich.
- Où ? Riposta Emy.
- Attention les filles !
- Ok Ma'Mich, on a rien fait.
- Et ces bouteilles ?
- On nous les a offert. Dit Sarah.
- Qui ?
- Un ami !
- Vous le connaissez ?
- Oui Ma' très bien. Répondit Anita timidement.
- J'espère bien ! S'exclama Ma'Mich d'un ton peu convaincu.
- Bon appétit les enfants. Reprit-elle tout en se retirant pour s'occuper des autres clients.

Sarah se leva et distribua les briques de lait à ses ainées et offra la dernière à Ma'Mich. Cette dernière lui demanda de la mettre dans la glacière. Après avoir prit leur déjeuner... Elles restèrent muettes. D'habitude elles racontaient des histoires drôles à la vieille dame jusqu'à la fermeture du tourne-dos.

- Que vous arrive-t-il, vous avez donné votre langue au chat ? Demanda Ma'Mich surprise.

Sarah s'écroula quelques minutes en pleurant.

- J'ai mal ! J'ai mal !
- Qu'as-tu ? Demanda Ma'Mich vigoureusement.
- J'ai très très mal au ventre !

Ma'Mich lança un regard interrogatif vers les autres filles et se rendit compte qu'elles se sentaient mal aussi. Toutes arrêtaient leur ventre en s'écroulant sur le sol.

- Mon dieu, mon dieu, venez m'aider ! Hurla Ma'Mich.

Parmi ses clients, il y avait un chauffeur de taxi. Il prit l'initiative de les transporter vers l'hôpital le plus proche. Arrivé à l'hôpital, les infirmiers ont fait comprendre à Ma'Mich que s'il n'y avait pas de sous, il n'a y aurait pas de soins.

- Ce sont des enfants de la rue. Dit-elle en larmes.
- Voilà tout ce que j'ai. Reprit-elle.

Ma'Mich sortit la recette de la journée, soit 17.000 fcfa.

- Désolé madame, il faut 25000 fcfa pour les soigner toutes.

 Alors on les transporta dans une centre de la Croix Rouge où elles reçurent les soins adéquates.

... 1 semaine plus tard ...

Elles racontèrent la vérité à Ma'Mich et avaient promis de ne plus jamais consommer le présent d'un inconnu. Et Ma'Mich leur demanda si elles voulaient rester avec elle. Elles se regardèrent, se consultèrent. Emy prit la parole.

- Ma'Mich, nous te remercions pour toute l'attention que tu nous apportes. Depuis que nous trainons dans les rues, nous n'avons jamais eu cette proposition. La vie est déjà assez difficille pour nous, et nous ne voulons pas te voir souffrir. Dit Emy d'une voix douce.
- Venez les enfants, je préfère vous avoir auprès de moi que de vous enterrer pour une bouteille de lait...

...Emy devint une grande esthéticienne, mariée, 2 enfants.
...Nani une décoratrice d'intérieur
...Fanta dirigea son propre restaurant
...Anita decida de travailler dans une ONG d'aide à l'enfance
...Sarah reprit ses études et elle obtint son bac à 19 ans. Aujourd'hui elle vit en France et elle est infirmière à Angers
...Ma'Mich grâce à ses filles possède maintenant un grand restaurant sur Douala et fait travailler 20 personnes


- FIN -
Repost 0
Published by Estelune - dans Mes nouvelles
commenter cet article